Fibre optique : le projet de la MRC officiellement lancé

Retour à la recherche d'articles
19 septembre 2018 Développement local et régional, Informations générales, Municipalités

En présence de nombreux maires, mairesses et partenaires, la MRC de Drummond a officiellement donné le coup d’envoi à son projet de réseau de fibre optique en milieu rural. Nécessitant un investissement de 31,2 M$, ce réseau desservira le territoire des 15 municipalités ayant adhéré au projet, soit Durham-Sud, L’Avenir, Lefebvre, Notre-Dame-du-Bon-Conseil Paroisse, Notre-Dame-du-Bon-Conseil Village, Saint-Bonaventure, Saint-Cyrille-de-Wendover, Sainte-Brigitte-des-Saults, Saint-Edmond-de-Grantham, Saint-Eugène, Saint-Félix-de-Kingsey, Saint-Germain-de-Grantham, Saint-Lucien, Saint-Majorique-de-Grantham et Saint-Pie-de-Guire.

Les représentants de plusieurs des municipalités participantes étaient présents au lancement officiel. (cliquer pour agrandir)

« Depuis maintenant près de deux ans, la MRC travaille sans relâche pour permettre aux résidents de nos milieux ruraux de bénéficier de services de télécommunications de haute capacité, qu’il s’agisse d’Internet, de la téléphonie ou de la télévision. Après avoir franchi avec succès les étapes préparatoires et finalement obtenu toutes les approbations requises, la MRC est prête à aller de l’avant avec cet emballant projet. Lorsque celui-ci sera complété, la population de ces secteurs aura accès à des infrastructures à la fine pointe, dignes du 21e siècle », indique fièrement Guy Drouin, directeur général de la MRC de Drummond.

« Des milliers de foyers, de commerces et d’entreprises, notamment dans le domaine agricole, attendent avec impatience d’obtenir Internet haute vitesse ainsi que d’autres services de télécommunications de qualité à prix raisonnable. Avec l’importance qu’a prise la technologie dans nos vies quotidiennes, ces services sont devenus nécessaires et doivent être accessibles, peu importe où l’on vit ou travaille », estime Line Fréchette, mairesse de la Municipalité de Saint-Majorique-de-Grantham.

« Le projet procurera une desserte de qualité dans l’ensemble de notre municipalité, facilitant la poursuite de notre développement résidentiel et économique à moyen et à long termes. Il favorisera de plus le maintien de milieux ruraux occupés et bien vivants », affirme pour sa part la mairesse de Saint-Germain-de-Grantham, Nathacha Tessier.

De son côté, le maire de Notre-Dame-du-Bon-Conseil Village, Sylvain Jutras, souligne l’aspect collectif du projet et les intéressantes retombées qui en découleront. « Au-delà de l’impact direct sur l’accessibilité et la qualité des services de télécommunications offerts dans notre MRC, l’exploitation d’un réseau de fibre optique générera des bénéfices qui pourront être réinvestis dans la réalisation de projets à portée locale dans les municipalités participantes ou dans certaines initiatives à plus large échelle », mentionne-t-il.

Cheminement et échéancier

D’abord, la MRC a récemment procédé à l’embauche de François Beaulieu à titre de directeur de projet. Ce dernier verra à chapeauter les démarches menant à la concrétisation du réseau.

Les principaux partenaires du projet ont assisté à la conférence de presse de la MRC, qui s’est déroulée au bureau municipal de Saint-Majorique-de-Grantham. (cliquer pour agrandir)

À compter de maintenant s’amorce l’étape de la confection des plans et devis. À la suite d’un appel d’offres, c’est la firme C3F Télécom de Laval qui a été retenue pour l’exécution de ce mandat. Le personnel affecté à cette tâche sillonnera le territoire des municipalités concernées par le projet au cours des prochains mois afin de bien préparer le déploiement du réseau, qui s’étendra sur environ 1100 km. Une fois cette démarche terminée, la fibre optique sera graduellement installée. Si tout se déroule comme prévu, les premiers branchements de clients seront effectués en 2020.

Il convient de rappeler que la MRC sera propriétaire du réseau, mais qu’elle conclura une entente de partenariat avec une ou des firmes spécialisées dans la fourniture de services de télécommunications. Celles-ci pourront ainsi utiliser les nouvelles infrastructures moyennant le versement de redevances à la MRC. À ce stade-ci, un accord de principe est déjà intervenu avec l’entreprise Cooptel.

Aide financière

Bien qu’elle ait adopté un règlement d’emprunt couvrant le montant total du projet, la MRC espère toujours obtenir une aide financière gouvernementale. Une demande à cet effet a été adressée il y a plusieurs mois au gouvernement du Québec. « Au cours de la présente campagne électorale, les partis politiques réitèrent l’importance de brancher les milieux ruraux. Peu importe quel parti formera le prochain gouvernement, nous nous attendons à ce que des gestes concrets soient posés pour appuyer les MRC et les municipalités locales qui travaillent déjà en ce sens », a conclu le directeur général de la MRC.

—–

Légende de la photo du haut
Les représentants de plusieurs des municipalités participantes étaient présents au lancement officiel. De gauche à droite : François Bilodeau, conseiller municipal à Sainte-Brigitte-des-Saults, Michel Noël, maire de Durham-Sud, Guy Lavoie, maire de Saint-Bonaventure, Hélène Laroche, mairesse de Saint-Cyrille-de-Wendover, Diane Bourgeois, mairesse de Saint-Lucien, Nathacha Tessier, mairesse de Saint-Germain-de-Grantham, Jean Parenteau, maire de L’Avenir, Line Fréchette, mairesse de Saint-Majorique-de-Grantham, Sylvain Jutras, maire de Notre-Dame-du-Bon-Conseil Village, et Guy Drouin, directeur général de la MRC.

Légende de la deuxième photo
Les principaux partenaires du projet ont assisté à la conférence de presse de la MRC, qui s’est déroulée au bureau municipal de Saint-Majorique-de-Grantham. Dans l’ordre habituel, François Beaulieu, directeur de projet à la MRC, Richard Lampron, consultant, Danielle Ménard, coordonnatrice au développement rural et aux projets spéciaux à la MRC, Marie-Eve Rocheleau, directrice générale de Cooptel, Michel Robitaille, directeur d’ingénierie chez YRH, Antoine Chamberland, président-directeur général de C3F, et Guy Drouin, directeur général de la MRC.